Archipel de huit iles baignant dans la méditerranée, Malte représente le point de rencontre entre l’Europe et l’Afrique. Son histoire intimement liée à celle de la Tunisie, il est donc logique que certaines similarités se perçoivent entre les deux civilisations. Une semaine ne suffit guère à découvrir toutes les merveilles de ce pays mais c’est ainsi que s’est effectué notre voyage.

Départ vers le nord de l’ile de Malte

Jour 1

On part à la découverte de Sliema, la principale station balnéaire de Malte. Au cours des dernières années, la ville a connu une croissance importante, avec des villas et des appartements modernes ainsi que des hôtels luxueux. Les visiteurs peuvent donc profiter du shopping dans les centres commerciaux et de la cuisine typique maltaise dans des restaurants variés. Il ya aussi possibilité abondante pour les activités de plage et de détente comme les sports nautiques telle que la plongée en apnée. La promenade sur la côte qui s’étend sur plusieurs kilomètres, de Saint Julian’s Bay à Gzira est idéale pour les joggeurs et les amoureux de la marche.

Sliema, Malte

On arrive maintenant à la capitale du pays, La Valette, patrimoine mondial de l’UNESCO.  La Valette a été nommée après son fondateur, le respecté Grand Maître de l’Ordre de St Jean, Jean Parisot de la Valette. La magnifique cité forteresse a grandi sur les rochers arides de la péninsule de Mont Sceberras, qui s’élève de manière abrupte de deux ports importants, Marsamxett et le Grand Port. La construction de La Valette a commencé en 1566 et s’est terminée, avec ses impressionnants basions, forts et sa cathédrale, après une durée étonnamment courte de 15 ans. La ville est très agitée durant la journée, et pourtant garde une atmosphère intemporelle. Son quadrillage de rues étroites abrite quelques-unes des plus belles œuvres d’art d’Europe, d’églises et de palais.

la-valette

La Valette abrite un vaste programme culturel, et en marchant vous trouverez d’intrigants sites historiques à tous les coins de rue : statues votives, niches, fontaines et blasons au dessus des parapets. Les ruelles étroites sont remplies de boutiques pittoresques et de cafés, alors que les rues principales de La Valette sont remplies de magasins plus grands de marques internationales de mode, de musique, bijouteries et bien plus.

On a visité le célèbre musée national de la guerre, Il raconte l’histoire des événements qui ont conduit aux deux guerres mondiales, leur développement et les principales actions ainsi que leurs conséquences, localement et à l’étranger. Il est fait référence particulière au rôle de Malte dans le théâtre de la guerre et de la contribution de la population maltaise à l’effort de guerre, en particulier au cours des conditions incroyablement difficiles de 1942. L’exposition incarne le rôle de Malte comme une forteresse de 1798, en se concentrant principalement sur la Seconde Guerre mondiale. De nombreux panneaux photographiques sont affichés avec des pièces d’artillerie, épaves d’avions, des uniformes et autres souvenirs militaires.

En marchant dans les rues de La Valette, on a remarqué une incroyable villa qui date de plus de 400 ans ! C’est la Casa Rocca Piccola. Elle fut construite au 16ème siécle par un Chevalier de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, Don Pietro La Rocca, puis rachetée par le premier Marquis de Piro dont la famille habite toujours les lieux.
Neuf générations de la famille y ont vécu. Chacun a rajouté ses objets, ses tableaux, ses photos. Seule une moitié de la demeure est ouverte au public et abrite une collection d’œuvres d’art et d’antiquités importante, à laquelle s’ajoute différents objets révélateurs de différentes histoires de la famille au fil des ans. Douze pièces toutes plus somptueuses les unes que les autres, et étant restées presque intactes au cours de l’histoire, ainsi qu’un complexe de citernes remaniées en abris anti bombardement pendant la seconde guerre mondiale, illustrent les différentes facettes de l’histoire de cette demeure qui continue de vivre avec son temps. La valeur de la Casa Rocca Piccola réside dans sa capacité à fournir des preuves historiques uniques dans les coutumes et les traditions de la noblesse maltaise au cours des 400 dernières années.

Casa-Rocca-Piccola

Jour 2

Après l’émerveillement du premier jour, on continue notre découverte et on part pour un tour en calèche qui nous fait visiter Mdina. Mdina a eu des noms et titres différents selon ses dirigeants et son rôle, mais c’est son nom moyenâgeux qui la décrit le mieux : ‘Citta’ Notabile’ : la ville noble. L’histoire de Mdina remonte à plus de 4000 ans. Cette ville revendique les origines de la chrétienté maltaise, car c’était ici qu’en 60 avant J.C. l’apôtre St Paul est dit avoir vécu après s’être échoué sur l’archipel. Lumière éclairée de nuit et appelée la « ville silencieuse », Mdina est fascinante à visiter pour son atmosphère intemporelle et ses trésors culturels et religieux.

On continue notre passage vers Rabat,  qui a joué un rôle majeur dans le passé de Malte et est une source principale de son patrimoine culturel. Ce grand canton provincial faisait partie de la ville romaine de Melita, avec les sites et les reliques archéologiques trouvés qui témoignent de l’importance de cette ville durant la période romaine. Pendant des siècles, des ordres religieux se sont installés dans Rabat et les franciscains, les dominicains et les augustiniens y sont encore présents en nombre dans leurs couvents et monastères spacieux, approvisionnant les besoins religieux des paroissiens dans leurs églises. On la trouve aussi facilement sur les cartes de touristes du fait de ses sites historiques et archéologiques : la Maison (Villa) Romaine, les Catacombes, la Grotte de St Paul et les belles églises et monastères.

Notre journée se termine par une baignade dans la magnifique plage de Golden Bay, une des meilleures plages de sable de Malte.

Golden Bay Malte

Départ vers le sud de l’ile de Malte

Jour 3

Le premier arrêt de fait aux temples Tarxiens, complexe de quatre édifices religieux remontant à la fin de la période néolithique, et au début de l’âge de Bronze de l’histoire de l’homme. C’est évidemment un patrimoine mondial de l’UNESCO.

Nous poursuivons notre balade vers Marsaxlokk, un village de pêcheurs, connu pour ses bateaux de pêche colorés et l’ambiance typiquement méditerranéenne du marché local. Le port de Marsaxlokk est le plus grand port de pêche de Malte. C’est ainsi que nous découvrons avec stupéfaction la ressemblance de la langue maltaise avec le dialecte tunisien !  Le maltais est une langue d’origine sémitique écrite dans des caractères latins, mélange d’anglais, arabe et italien. C’est la langue officielle de Malte, à part l’anglais.

Marsaxlokk-Malta

Quelques mots en maltais :

« wieħed tnejn tlieta erba » : un, deux, trois, quatre

« merħba » : Bienvenue

« imħabba » : Amour

« Flus » : Argent

« Suq » : Marché

Une pancarte qu’on a vue dans la rue : « jkun responsabbli għall-ambjent tagħna, tindif wara l-kelb tiegħek » (Soyez responsables pour notre environnement, nettoyez après votre chien). Dans l’espoir de voir cette même pancarte en Tunisie un jour !

Jour 4 

L’hospitalité des habitants et leur amabilité  nous ont fait sentir comme si on était dans notre propre pays, pas comme des touristes de passage. Leur niveau de civilisation et leur mode de vie est la définition même de l’excellence. Malte qui ne vit que du tourisme, donne une leçon aux plus grands pays du Monde comment valoriser sa nation et offrir le meilleur à ses citoyens.

Maintenant, départ vers Blue Grotto. L’emplacement de cette grotte naturelle fascinante combine avec la lumière du soleil et de la chaîne autour de grottes pour refléter les couleurs phosphorescentes de la flore submergée et la teinte foncée de bleu intense de la mer. Le site est extrêmement populaire, qui attire quelque 100 000 touristes par an. Il a apparu également dans le film Troy (2004) avec Brad Pitt.

Blue Grotto_Malte

En route pour Gozo !

Jour 5

On a pris le ferry pour visiter l’ile de Gozo. Arrivés au port de Mgarr, on admirait déjà toute la splendeur de l’ile. Historiquement, l’île a toujours été différente du Malte continental; différents points de repère, différentes traditions, événements et topographie ont distingué l’île à l’échelle nationale et comme destination touristique. Une plus faible densité de population et un processus d’urbanisation plus lent ont contribué à l’aura caractéristique de l’île, qui conquiert le voyageur qui cherche à se reposer.

Quelque soit l’endroit où on est, la mer est toujours proche et le superbe littoral de Gozo exalte fortement l’imagination : de petites criques, des plages de sable rouge, des baies turquoise, des étendues de calcaire entrecroisées avec de petites cuvettes salines et des hautes falaises majestueuses qui tombent abruptement dans les eaux claires.

Malta_Gozo

La première visite était le centre créatif de Savina. Nous avons choisi de découvrir le tout, qui comprend une visite de l’usine de transformation des tomates, le centre de produits laitiers et de la fabrication du fromage et les ateliers d’artisans, ainsi que de regarder des métiers traditionnels déployés, écouter les conférences, qui sont sur les valeurs nutritionnelles de la cuisine maltaise et assister à des cours de cuisine avec des chefs professionnels et des exemples d’échantillons produits localement.

Les délices de Savina sont fabriqués à partir des recettes transmises de génération en génération dans la famille Magro, à partir de « qaghaq ta ‘l – Ghasel » (Les anneaux de miel) aux tomates séchées au soleil, à partir de sirop de caroube à pâté, du vinaigre infusé à différents types de chutney et de la sauce maison pour pâtes. Ce sont toutes les spécialités de première classe locale dont la plupart sont produites dans la cuisine sur place.

Nous continuons vers la fameuse cave de Calypso, située dans une falaise juste à côté de Xaghra ; Surplombant les plages de sable de Ramla Bay. Ce site est pensé être le même que Homer a mentionné dans «  L’Odyssée » où Calypso, la belle nymphe, gardait Ulysse comme un « prisonnier de l’amour » duarnt sept ans. Calypso lui avait promis l’immortalité s’il restait avec elle, mais il s’est échappé quand il le pouvait, et est retourné à sa femme Penelope.

L’intérieur et l’extérieur de la grotte ne sont pas trop impressionnants, mais la vue magnifique sur la baie de Ramla et la vallée font que la visite en vaut la peine. Sur la rive, en dessous de Calypso Cave, on peut également observer les restes de la tour de Marsalforn , une fortification construite par les chevaliers de Malte au début du dix-huitième siècle pour protéger contre les attaques de mer.

Calypso Cave

On a choisi de déjeuner à Victoria, anciennement appelée Rabat, la principale ville de Gozo.  On y trouve La Citadelle qui est visible dans presque toute l’île. La Citadelle doit ses racines à l’époque médiévale, mais la colline a été réglé depuis le néolithique. Pendant des siècles, la Citadelle a servi comme un sanctuaire de l’attaque par corsaires barbaresques et les Sarrasins. À plusieurs reprises au cours de l’histoire de Gozo, ces voleurs ont pris sa population en esclavage. Après le Grand Siège de 1565, les Chevaliers se mirent à re-fortifier la Citadelle et offrir un refuge de défense contre de nouvelles attaques. Jusqu’à 1637, la population de Gozo était tenue par la loi de passer leurs nuits dans la citadelle pour leur propre sécurité. Plus tard, cette restriction a été levée.

Victoria n’est pas seulement le centre géographique de Gozo, c’est aussi le centre de l’activité quotidienne. Il parvient à combiner l’agitation de ses marchés et boutiques avec une atmosphère détendue et sociable. C’est un endroit idéal pour observer les insulaires dans leur journée, surtout quand la place du marché principal, It-Tokk, vient à la vie.

On finit notre journée à Gozo par une escapade à Dwejra. Classée réserve naturelle par l’Union Européenne, le site de Dwejra a été préservé des constructions sauvages. Il contient La fenêtre d’Azur, une arche naturelle qui ressemble à une table sur la mer. Deux rochers verticaux presque perpendiculaires détiennent une énorme masse horizontale sur eux ; à la suite de vastes défauts, ainsi que le vent et les vagues sur les rochers. Elle attire un grand nombre de visiteurs et inspire de nombreux artistes qui peignent le site magique sur toile. La fenêtre d’Azur a été présente dans les films «  Le Choc des Titans » et « Le Comte de Monte-Cristo ».

Découverte de Comino

Jour 6

L’île de Comino se trouve entre les îles de Malte et Gozo. C’est une toute petite île d’une superficie de 3.5km².
Son nom dérive de la grande quantité de plante de cumin (Comino en maltais) qu’il y avait sur l’île. Actuellement, Comino est pratiquement déserte, avec une population permanente de 4 personnes plus un prêtre et un policier quelques jours de la semaine. La majeure partie de sa côte sont des falaises verticales creusées par des grottes et cavernes.
La célèbre plage de Comino, Blue Lagoon est un vrai paradis sur terre.  Les fonds sableux, peu profonds, et la pureté de l’eau due aux courants marins, colore la crique d’une couleur variant du bleu cyan au vert émeraude qui attire les touristes, les plongeurs et les yachtmen. On a passé la journée à se baigner et profiter du soleil.

Blue lagoon Comino

Retour vers la Tunisie

Jour 7

On quitte Malte, le cœur lourd, avec des souvenirs gravés dans nos mémoires. C’est un pays exemplaire qui a hérité le meilleur des deux continents : L’Europe et l’Afrique. On espère vraiment que la Tunisie sera un jour au niveau de ce pays, en commençant par revoir toute la politique du tourisme tunisien.

Wafa Mzoughi Zarrouk

Leave a Reply