La réussite fait partie des objectifs qu’on apprend à se fixer depuis qu’on est tout petit. Certains y parviennent, d’autres moins, certains pas du tout et cela est tout à fait normal.

Les parcours de vies ne sont pas des chemins droits et sans encombres. Parfois certains faits peuvent nous influencer et nous marquer et diminuent la confiance que nous avons en nous.

confiance-lasultane-magazine-lasultanemag

Introspection: outil #1 de la confiance en soi

Pour avoir confiance en soi, il faudrait d’abord comprendre POURQUOI nous n’avons pas confiance en nous. Cette étape peut être douloureuse, car nous devons aller au plus profond de nous-même, ressortir nos démons et comprendre les causes qui ont conduit à notre « manque » d’estime. Une thérapie est très conseillée car un professionnel est capable de mieux guider un individu.
Au-delà de cette étape, il est primordial de mettre en avant ses qualités et capacités de manière rationnelle et objective.
Connaître ses atouts c’est aussi connaître ses points forts savoir quelles directions prendre lors de la prise en charge ultérieure.
Il est important d’être honnête lors de cette étape, de ne pas refouler ses peurs ou émotions et de ne pas se trouver d’excuses par rapport au déroulement de certains événements.
Il faut mettre en avant le positif et le négatif afin d’exploiter le premier et d’apprendre du deuxième.
La confiance en nous dépend uniquement de nous et de ce que nous sommes prêts à faire pour nous même. Il n’y a ni fatalité ni échec mais prise de conscience, prise de position et prise en main de notre propre personne.

 « L’important n’est pas ce qu’on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce que l’on fait de nous. »
Jean Paul Sartre

confiance-lasultane-magazine-4

Booster sa confiance en comprenant son rapport à ses actions

Ici, il faut que nous soyons capables de comprendre comment nous percevons l’action en elle-même.
La réussite dans différents domaines, l’accomplissement de tâches, la mise en œuvre de projets sont des actions positives qui boostent notre estime de soi car elles représentent des preuves tangibles de nos capacités et de notre potentiel.
Cependant, il serait faux de croire que la non réussite et le non-accomplissement soient aussi des preuves d’incapacité, d’inaptitude ou de manque de potentiel. Après tout un ensemble d’échecs n’est pas une fatalité mais uniquement une succession d’étapes par lesquelles nous devons passer pour apprendre et nous surpasser.

Il faut donc apprendre à faire marche arrière: effectuer une autocritique, revoir et refaire. Ce retour sur nos actions permet de comprendre notre manière de faire les choses et de percevoir nos petites failles.
Donc pour tacler un projet il faut se mettre en tête que l’on est en mesure de l’exécuter en donnant le meilleur de nous-mêmes.

« Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme.  »
Winston Churchill