Les acouphènes ne sont pas qu’une petite gène mais un véritable enfer.

Cela nous est arrivé souvent, mais quelques instants après, c’est oublié, les oreilles qui bourdonnent ou qui sifflent. Mais pour certaines personnes ces acouphènes ne sont pas qu’une petite gène mais un véritable enfer, des bruits continus et assourdissants qui oppressent constamment les oreilles et l’esprit.

Imaginez un monde à la limite du supportable, un monde où le calme n’existe pas, où le silence est cher et où le repos et le bien-être ne sont possibles que dans ce silence. Comment apparaissent ces acouphènes ? Peut-on les soigner ? Les éviter ?

Quels types d’acouphènes ?

Il existe deux sortes d’acouphènes : les acouphènes objectifs et les acouphènes subjectifs. Les plus gênant car les plus courants et les plus difficiles à soigner sont les acouphènes subjectifs. Les acouphènes objectifs, beaucoup plus rares, sont, en fait, produits par une anomalie dans la région de l’oreille interne et une opération chirurgicale peut y remédier. Dans ces cas-là, le bruit est mesurable et a une cause matérielle, c’est pourquoi on parle d’acouphènes objectifs.

Comment mesurer leur intensité ?

On ne peut pas mesurer l’intensité du bruit dans les acouphènes subjectifs, il n’a pas de réalité extérieure. Une souffrance extrême pour le patient. Elles peuvent être dues à des lésions des cellules qui perçoivent les vibrations sonores. L’oreille est composée de cellules ciliées qui ondulent quand elles perçoivent des vibrations sonores et transmettent ainsi un signal au nerf auditif. Ces cils bougeraient en cas d’acouphène, alors qu’aucun son ne se fait entendre, un signal erroné et permanent arrive alors au nerf auditif, d’où la sensation d’entendre des bruits.

gêne des acouphènes

Les causes

Plusieurs causes possibles aux acouphènes. On y est plus facilement sujet lorsque l’on a dépassé les 50 ou 60 ans, ou lorsque la surdité, liée au vieillissement commence à se développer. Mais l’âge n’est pas le seul responsable, même jeune, on peut endurer le calvaire des acouphènes. Par exemple, en ayant été fréquemment exposé à des bruits trop intenses, trop violents ou en ayant subit un traumatisme sonore brutal ou encore un traumatisme crânien.

Plus les acouphènes durent dans le temps, plus ils deviennent fort et puissants, immodérés et infernaux, jusqu’à être dangereux. Car, le problème ne se situe pas uniquement dans l’oreille, l’information auditive est traitée dans le cerveau et à la longue, la zone du cortex qui reçoit ces messages, risque de s’atrophier.

Des solutions ?

Aucun traitement ne permet aujourd’hui de s’attaquer à la cause même de l’acouphène. Le seul traitement que l’on propose, permet au cerveau de s’habituer à ces acouphènes et donc limite le danger d’atrophie du cortex. Si les acouphènes ne sont pas liés à une baisse de l’audition, on propose de porter une prothèse qui génère un bruit de fond faible permettant de diminuer la perception de l’acouphène. Ainsi, le cerveau s’habitue à la fois au bruit de la prothèse et à l’acouphène. Une méthode qui arbore de bons résultats mais qui est malheureusement très lente et qui nécessite un port quotidien de la prothèse.

Voilà de quoi nous convaincre d’arrêter de violenter nos oreilles.


Lire aussi : La Magnétothérapie, C’est Quoi ?



N’oubliez pas de nous suivre et de vous abonner à notre contenu