Chérie par les diététiciens depuis toujours, l’huile d’olive connaît depuis quelques temps de la concurrence dans nos régimes alimentaires. Et ce, depuis l’arrivée en masse sur les marchés de l’huile de tournesol. Quels sont les bienfaits de chacune de ces huiles et comment les consommer ?

L’huile de tournesol protège la peau

huile de tournesol

L’huile de tournesol est riche en vitamine E, qui retarde le vieillissement des cellules : une cuillère à soupe couvre la quasi-totalité de nos besoins journaliers. Mais c’est sa teneur en oméga-6 – des acides gras essentiels polyinsaturés que l’organisme ne produit pas seul – qui a fait son succès dans les années 1970 : les oméga-6 favorisent la cicatrisation des tissus, la protection des cellules, la croissance et la sécrétion hormonale. Ils protègent aussi le cœur en faisant baisser le taux de cholestérol sanguin.
Attention aux excès ! L’huile de tournesol diminue le taux de mauvais cholestérol, certes, mais aussi le bon, dont l’organisme a besoin. Consommée en excès, elle apporte au corps trop d’oméga-6, au détriment d’autres acides gras essentiels. Au point que les experts tirent aujourd’hui la sonnette d’alarme, car non seulement ces abus d’oméga-6 ne semblent pas faire baisser les décès d’origine cardiaque, mais en plus ils favoriseraient la survenue des cancers ! Les huiles de maïs ou de pépins de raisin présentent les mêmes caractéristiques que l’huile de tournesol.

Comment la consommer ?

Elle s’emploie aussi bien en assaisonnement que pour la cuisson (jusqu’à 180 °C). Son goût neutre se marie avec tous les plats. Ne consommez pas plus d’une cuillère à soupe par jour.

L’huile d’olive combat le cholestérol

huile d'olive

Fleuron de la culture méditerranéenne, l’huile d’olive fut longtemps considérée comme une huile trop « lourde » et trop « typée ». Jusqu’à ce que les experts réalisent qu’elle constituait le principal point commun entre l’alimentation des Crétois, qui détiennent la meilleure espérance de vie au monde, et celle des Méditerranéens, peu sujets aux maladies cardio-vasculaires.
L’acide gras principal de l’huile d’olive (acide oléique ou oméga-9) réduit en effet le taux de mauvais cholestérol (LDL) et augmente significativement le bon (HDL). Elle protège ainsi le système cardio-vasculaire des dépôts de graisse, causes d’infarctus. Cerise sur le gâteau, l’huile d’olive contient des polyphénols, qui renforcent eux aussi le système cardio-vasculaire. En revanche, elle ne semble jouer aucun rôle dans la prévention des cancers.

Comment la consommer ?

Comment la consommer ? Son goût varie en fonction du terroir, de la variété du fruit, de l’année de la récolte… Elle supporte très bien la cuisson (jusqu’à 200 °C) mais se conserve mal. Une ou deux cuillères à soupe par jour protègent les artères.


N’oubliez pas de nous suivre et de vous abonner à notre contenu


Vous serez peut-être intéressé.e par : Une alimentation équilibrée en 2 secondes

Leave a Reply