This post is also available in: Français

Réussir sa vie amoureuse: ce que la science nous dit (1ère partie)

On ne peut savoir ce qu’est l’Amour à moins qu’on ne l’ait vécu. Et une fois qu’il est là, nous nous posons toutes des questions à son sujet : « est-ce le bon ? », « cela peut-il durer ? », « comment le garder ? ». Je suis sûre que vous-même qui lisez ces lignes, êtes en mesure de prolonger la liste… Mais voici la notre.

Amour? Vous avez dit amour ?

Que faut-il faire pour être vraiment heureuses en amour ? Quels contes de fée pourrons-nous vivre ? Quels romans, quels poèmes ou quelle citations incarnerons-nous ?

Nous ne sommes pas les seules à nous poser ces questions. Des personnes très sérieuses ont décidé de trouver des réponses scientifiques à ces interrogations. La différence entre elles et nous, c’est que nous-nous demandons toutes ces choses parce que notre cerveau s’engourdit quand le cœur s’emballe, alors qu’elles cherchent juste à comprendre le pourquoi du comment d’une relation. Toujours est-il que nous allons nous intéresser aux propos d’Arthur Aron, tête de file des chercheurs en amour romantique. Titulaire d’un Doctorat en Psychologie de l’Université de Toronto et professeur de Psychologie à l’Université de Stony Brook de l’État de New York, il a écrit de nombreux ouvrages sur les sujets relationnels, dont : Handbook of Closeness and Intimacy, Heart of Social Psychology : a backstage view of a passionate science….

Le Docteur Aron définit ce qui nous rend attractif, ce qui fait la réussite d’un premier rendez-vous et ce qui peut faire ou défaire une relation. Selon lui, l’amour n’est pas à proprement parlé une émotion. Sur les IRM, il ressemble beaucoup au désir. Comme quand on a envie de quelque chose. Mais VRAIMENT envie. Alors quand on pense le trouver on se sent vraiment bien. Parce que l’amour comble cette envie, ce désir, ce besoin. Son effet est similaire à celui d’un apport en stupéfiants ou de l’appât du gain. En fait, l’amour, les drogues ou l’argent activent, dans nos cerveaux, le système de récompense dopaminergique. C’est à dire qu’ils stimulent les zones qui sécrètent la dopamine (une hormone qui est, entre autre, à la source du plaisir et de ce qu’on appelle l’euphorie du drogué).

Vous voyez un peu tout ce que l’amour peut faire ? Même la neurobiologie nous le dit : l’amour est intense. On peut alors, en toute légitimité se demander combien de temps, une « chose » aussi forte peut-elle durer ? Cette sensation intense, est-elle aussi éphémère que la libération de la dopamine dans notre cerveau ?

Eh bien non !

Le Docteur Aron a, en effet, constaté lors de ses recherches que des couples formés depuis 40 ans et plus, continuent à s’aimer passionnément. Leurs examens neurologiques montraient les mêmes schémas réactionnels que ceux observés chez des couples récemment amoureux.

Petites définitions

  • l’Amour passion est ce sentiment de désir intense que l’on éprouve vis-à-vis d’une personne. Ce désir est accompagné d’une excitation physiologique.
  • L’amour affection est ce sentiment d’affection et d’intimité qu’on éprouve auprès d’une personne en particulier.
  • L’amour passionnel serait difficile à vire parce qu’il est souvent mêlé d’anxiété, d’instabilité et d’obsession.

Et la longévité d’une relation alors ?

En fait, si vous voulez voir votre mariage durer 30 ans et plus, l’amour tout seul ne suffit pas. Eh oui, il faut aussi être l’ami de son conjoint pour ça. D’ailleurs le professeur David Niven affirme dans son livre 100 simple secrets of great relationships, que pendant son étude menée auprès des personnes heureuses en mariage depuis 30 ans et plus, la qualité de la relation amicale entre les deux partenaires est l’argument le plus cité pour expliquer la longévité du couple. On devrait peut-être faire un peu le point sur quelques idées reçues, non ?

L’attraction

L’attraction est sans doute une étincelle. Mais elle n’est pas le brasier. Ce qui signifie qu’être attirante c’est peut-être important mais ce n’est pas primordial. Pour le Dr. Aron, nous sommes d’autant plus attirées par une personne que celle-ci est attirée par nous. Si à cela s’ajoute la conviction que nous sommes similaires et nous ressemblons, alors on peut penser qu’on a tiré le gros lot. Et selon le Pr. Niven, statistiquement parlant, les partenaires qui utilisent, lors d’un conflit, les mêmes stratégies, vivent 12% d’antagonisme en moins 31% plus de chance de qualifier leurs relations de satisfaisante.

L’inaccessibilité

Là encore tout est une question de nuances (et encore pas de gris, personnellement j’ai détesté les nuances de gris). Prétendre une totale indifférence n’est pas la meilleure stratégie. En revanche, montrer que nous sommes exigeantes dans nos choix, que nous savons ce que nous voulons, que nous avons des standards élevés et que nous sommes peut-être intéressées par la personne en face… ça c’est un coup de maître !

Comment réussir son premier rencard ?

D’après une étude menée par le Dr Aron et Donald Dutton, nous associons l’excitation ressentie dans une situation donnée aux personnes qui nous entourent au moment où nous vivons ladite situation. Cette association a lieu même quand ces personnes ne sont pas responsables de l’excitation. Donc, viser une activité stimulante lors d’un premier rendez-vous, serait une très bonne approche. Par ailleurs, il est recommandé d’éviter d’avoir des conversations trop superficielles. Attention toutefois à ne pas tout déballer dès le début, vous risquez de le faire fuir. En plus, il ne suffit pas de soigner sa conversation, il faut aussi soigner son comportement. En effet, votre réaction à ce qu’il dit compte beaucoup : soyez attentives à ce qu’il vous dit. Montrez que ce qu’il raconte vous captive. Ponctuez avec des « ah !! » et des « oh ! ». Mais pas trop. En fait, une conversation bien menée est celle où l’on donne de soi sans exagérer tout en faisant preuve d’intérêt et d’empathie. Ainsi, en moins d’une heure, il est possible de créer un lien (amoureux ou amical) qui dure toute une vie. Voici dans les études menées sur le sujet, des questions favorablement perçues :

  • – Qu’est-ce qui est le plus important pour toi en amitié ?
  • – Y a-t-il une chose que tu rêves de faire depuis longtemps ?
  • – Si tu ne devais inviter qu’une seule personne au monde à dîner, qui choisirais-tu ?
  • – Si tu devais te lever demain en ayant acquis une nouvelle compétence ou une nouvelle qualité, quelles seraient-elles
  • – As-tu un souvenir particulièrement cher à ton cœur ?
  • – Complétez la phrase : « je voudrais avoir quelqu’un avec qui partager… »

Bonus: SAVIEZ-VOUS QUE… ?

L’amour ne peut être considéré comme un simple sentiment parce qu’il active simultanément plusieurs aires du cerveau, autres que les zones liées aux émotions. L’amour va ainsi agir sur les régions liées à la récompense et à la motivation, ainsi que sur la capacité d’un individu à socialiser. Par ailleurs, les régions liées à la peur et à l’agressivité vont se désactiver sous l’effet de l’amour. Les zones «rationnelles »sont également stimulées. Ainsi, les fonctions langagières se réveillent également. Ce qui explique qu’on est souvent bien inspiré et qu’on trouve toujours de belles choses à se dire lorsqu’on est amoureux.

Retrouvez la suite ici


N’oubliez pas de nous suivre et de vous abonner à notre contenu

This post is also available in: Français