Les prix L’Oréal – UNESCO « Pour les Femmes et la Science » ont été créés en 19971 par L’Oréal et l’UNESCO afin de récompenser des chercheuses accomplies ayant contribué au progrès scientifique dans les domaines des sciences de la vie et de la matière. Ils ont pour objectif d’améliorer la représentation des femmes dans les carrières scientifiques en reconnaissant et en mettant en lumière leurs contributions aux progrès de la science. Le programme permet ainsi de sensibiliser les jeunes femmes à la vocation scientifique.

Trois Africaines lauréates du prix « Jeunes talentueux internationaux » de L’Oréal-Unesco pour les Femmes et la Science

Ces trois scientifiques prometteuses ont été sélectionnées parmi 15 brillantes lauréates à travers le monde, lors d’une soirée organisée le 14 mars 2019 à Paris. Cette cérémonie a honoré cinq femmes exceptionnelles, en provenance de différentes régions du monde. Cinq femmes récompensées pour l’excellence de leur travaux et recherches.

Dr. Zohra Dhouafli, Tunisie, Centre de Biotechnologie de Borj Cédria (CBBC)

Prix LOREAL-UNESCO- Zohra Dhoufali
Dr. Zohra Dhoufali- Tunisie

Dr. Zohra Dhouafli, chercheuse tunisienne, fait partie des trois lauréates africaines du prix « Jeunes talentueux internationaux » de L’Oréal-Unesco pour les Femmes et la Science. Ses recherches portent sur la maladie d’Alzheimer, considérée comme la forme de démence la plus fréquente dans le monde. Pourtant, à ce jour, la maladie d’Alzheimer reste sans remède. Zohra Dhouafli pense que le mauvais repliement, l’agrégation et le dépôt dans le cerveau de la protéine amyloïde-bêta provoquent le déclenchement de la maladie… Dans son prochain projet de recherche, Dr. Zohra Dhouafli compte utiliser une approche parmi les plus prometteuses: un antioxydant naturel pour inhiber, interférer et contrer le processus d’agrégation. Cet antioxydant naturel est extrait des… feuilles de henné. Elle cherche à préserver la stabilité et la bioactivité de la molécule, tout en optimisant son passage à travers la barrière hémato-encéphalique. Si sa démarche aboutit, Zohra Dhouafli pourra catalyser le développement de composés plus puissants destinés à la prévention et au traitement de la maladie d’Alzheimer.Dr. Zohra Dhouafli exerce au Centre de Biotechnologie de Borj Cédria (CBBC)/ Neurosciences / Biochimie.

Catégorie: Neurosciences / Biochimie

Dr. Priscilla Kolibea Mante, Ghana, de l’université des sciences et technologies de Kwame Nkrumah

Prix LOREAL-UNESCO- Priscilla Kolibea Mante
Dr. Priscilla Mante- Ghana

Titulaire d’un Bachelor en pharmacie, Priscilla Mante a suivi un programme de Master puis de Doctorat en Pharmacologie. Sa thèse portait sur l’utilisation d’une plante (Antiaris Toxicaria) utilisée traditionnellement pour traiter l’épilepsie et la dépression. Priscilla Mante fait des recherches sur des thérapies à base de plante pour soigner les épilepsies qui résistent aux médicaments ainsi que la neurocysticercose une variante tropicale de la maldie peu étudiée par les laboratoires « traditionnels ». D’ailleurs, Priscilla Mante, effectue actuellement des recherches sur les propriétés anticonvulsives d’un alcaloïde végétal, la cryptolépine. En identifiant un moyen d’aider la cryptolépine à pénétrer dans le système nerveux central, le risque de convulsion devrait être considérablement réduit.

Catégorie: Neurosciences

Dr. Menattallah Elserafy, Égypte, Cité de la science et de la technologie de Zewail

Prix LOREAL-UNESCO- Dr. Menattallah Elserafy
Dr. Menattallah Elserafy- Égypte

La Dr. Menattallah Elserafy, effectue des travaux de recherches sur les mécanismes de réparation de l’ADN. Elle tente de mieux comprendre les mécanismes fondamentaux en action dans les cellules de mammifère. Menattallah Elserafy est parvenue à identifier de nouveaux acteurs qui protègent l’ADN dans les cellules. Elle a aussi mis en lumière une protéine présente dans les cellules de levure, en mesure de prévenir des dommages particuliers à l’ADN. Il se pourrait donc que les mutations survenant au niveau de cette protéine, présente également chez l’être humain, soient associées à des troubles neurologiques, des cancers, des maladies. Ses travaux pourraient permettre d’identifier de nouveaux facteurs pathogènes et ouvrir la voie à des thérapies sur-mesure où on soignerait le malade en fonction de son bagage génétique.

Catégorie: Biologie Moléculaire / Génétique


Suivez-nous sur La Sultane et abonnez-vous à notre contenu soutenir notre travail

Leave a Reply