J’ai toujours aimé mes rêves.
Les rêves sont un ­moment de répit. Une pause que mon cerveau m’accorde, durant la conquête de ma vie. J’aime ­ penser que le ­sommeil ­m’emmène dans un lieu insoupçonné. Une fenêtre sur cour où toutes les idées prennent leur élan et le ­possible entame son cours. J’y ­découvre une ­audace ­inédite, y ­ reprends un souffle ­ nouveau. ­L’infini devient ­accessible. Le temps aussi y est ­différent. Il est comme suspendu. Presque ­inexistant.

Notre réalité est ­façonnée par nos songes de nuits d’été. Nous sommes seuls avec nos proches et ­partageons nos rêves ­familiers. Nous y ­reproduisons notre ­quotidien… C’est ce que la nuit doit au jour.

Il ­arrive ­également que nos rêves nous montrent ce que nous avons cessé de voir et ceux que nous ne ­croisons plus. Certaines retrouvailles s’opèrent ainsi: «au beau ­milieu d’un rêve», comme par magie. Nous ­échangeons ­ câlins et baisers, pas tout à fait vrais, mais ­agréablement ­vraisemblables. Il y a ­suffisamment de chaleur pour donner vie à ­l’illusion, ­suffisamment de ­ froideur pour nous rappeler à la ­réalité.
Voilà toute l’ironie de nos ­rendez-vous oniriques! Ce n’est pas ­désagréable, mais le réveil n’est pas ­sans désagréments. ­L’amertume de ­l’absence se mêle à la ­douceur d’un ­souvenir ­toujours présent.

Les rêves sont ­insensibles aux frontières, ne se ­soumettent à aucune barrière. Le néant cesse d’exister.

Mais…
Ces moments de répit ne sont pas une œuvre ­imaginaire, au rayon ­poésie… une odyssée éphémère des milles et une nuits. J’aime croire en eux. Les ­ explorer pendant mon sommeil, les conclure ­durant mon réveil.
Un rêve, s’il n’est ancré dans la réalité ordinaire, se contente d’être rêverie et je ne suis pas ce promeneur solitaire au milieu du chemin de la vie.


La Sultane #35


N’oubliez pas de nous suivre et de vous abonner à notre contenu


Leave a Reply