Skip to main content

 

Dans les traditions anciennes, des techniques de mise en transe ont été utilisées comme outils de guérison et depuis le XVIIIe siècle le potentiel thérapeutique de l’hypnose a été expérimenté. Elle est utilisée pour un certain nombre de problèmes comportementaux, comme les phobies, modifier le ressenti corporel.

Depuis le milieu du XXe siècle, se développe une nouvelle forme de communication sous hypnose. On ne cherche alors pas à éliminer les symptômes, mais à les écouter et à les respecter en demandant leur signification à l’inconscient. Son créateur n’est autre que le psychiatre et psychologue américain Milton Erickson. Il proposait donc de solliciter la créativité de l’inconscient et de l’inviter à exprimer ce qui pourrait être changé pour rendre une certaine situation moins difficile.

Comment peut-on définir l’hypnose ?

L’hypnose est un état de conscience modifié présentant des caractéristiques différentes à ceux de la veille ou du sommeil.

Cet état de conscience induit une hyper réceptivité de l’information et correspond à un état d’hyperconcentration détendue.

Quels sont les types d’hypnose ? 

Hypnose classique : est encore utilisée en hypnose de spectacle, comme avec le fascinateur Mesmer. Elle est dirigiste et basée sur la supériorité de l’Hypnotiseur.

L’hypnose Ericksonienne : intègre des techniques de communication de pointe ; elle est composée d’un panel d’outils beaucoup plus large que celui de l’hypnose classique, notamment de la suggestion dite “indirecte” permettant de contourner, tout en douceur, les résistances du sujet. Quant à l’hypnotiseur de spectacle, il émet des suggestions  “directes” (exemple: “je veux que vous dormiez maintenant“).

Pourquoi l’hypnothérapeute s’adresse t-il à notre inconscient ?

L’inconscient emmagasine les événements de notre vie, les informations de l’environnement et nous indique la voie à suivre. Durant toute la vie, il accumule de l’information.
Mais, en matière d’évolution de fonctionnement, il s’est arrêté de progresser très tôt.
En effet, sa façon de fonctionner, ses réactions, sont tout à fait comparables à celles d’un très jeune enfant.

C’est pour cette raison que le langage imagé, la métaphore sont utilisés.
Il trie, traite et organise l’information de façon très simple permettant alors d’acquérir de nouveaux comportements

Comment pratiquer l’hypnose ?

Au moyen de techniques simples, une personne adéquatement formée peut amener presque n’importe quel sujet en état d’hypnose. Au moins 80 % des gens peuvent être hypnotisés, certains plus facilement que d’autres. L’hypnose est déclenchée de manière progressive. Le patient ferme les yeux ou fixe un point précis dans la pièce. Assis sur une chaise à côté de lui, le thérapeute l’invite à se détendre et puis se concentrer sur certaines zones du corps. Le thérapeute vérifie l’état de la personne en lui demandant de lever une main ou de croiser les doigts. Si elle répond à la demande, c’est qu’elle se trouve bien en état d’hypnose.

La personne hypnotisée oublie la réalité extérieure pour entrer dans une réalité intérieure, mais qu’elle vivra comme extérieure. La voix de l’hypnotiseur continue d’être entendue. Ses mots deviennent un stimulus très particulier qui augmente le pouvoir de la suggestion. Celle-ci provoque alors des changements psychologiques ou physiologiques inhabituels.

LaSultane_magazine_Lasultanemag_Sultanemag_LellaSoltana_hypnose

Quels sont les effets thérapeutiques de l’hypnose?

De nombreuses études ont évalué les applications de l’hypnose en médecine. En effet ; plusieurs praticiens ont recours à l’hypnose car elle peut constituer le traitement lui-même et dans d’autres cas, elle facilite l’action du médecin.

L’hypnothérapie est efficace pour :

L’arrêt du tabac : 80 % de taux de réussite. L’hypnose aide aussi à lutter contre les effets du sevrage.
L’excès de poids et la boulimie : elle exerce un bon rôle de soutien psychologique dans les cures d’amaigrissement.
– Lutter contre la douleur : elle ne remplace pas l’anesthésie, mais elle peut la compléter et permettre de diminuer les doses de médicaments. Elle est aussi de plus en plus utilisée en chirurgie dentaire.
Les troubles psychologiques : stress, phobies, névroses, anxiété, problèmes de trac, de mémoire, …

– Les maladies psychosomatiques : maladies de la peau (eczéma, psoriasis, etc.), rhinites à répétition, troubles de la voix, asthme.

Faciliter la grossesse et l’accouchement : Pendant la grossesse, l’hypnose peut contribuer à réduire petit à petit l’anxiété vis-à-vis de l’accouchement et ainsi créer un climat de confiance pouvant faciliter le travail et l’accouchement.

Cependant ; l’hypnothérapie est limitée pour le traitement des troubles psychiatriques graves, comme les dépressions aiguës, la schizophrénie ; le sevrage des drogues dures ; les maladies chroniques graves, telles que le cancer.

En raison des caractéristiques inhérentes à l’état hypnotique, l’hypnose est déconseillée aux gens souffrant de maladies psychiatriques, de psychose ou de problèmes antisociaux.

LaSultane_magazine_Lasultanemag_Sultanemag_LellaSoltana_hypnose

En conclusion

L’hypnose est considérée comme une langue permettant le dialogue avec l’inconscient. Il s’agit d’une technique très puissante  et régulièrement utilisée en psychologie et se révèle aussi utile dans plusieurs contextes cliniques.

Comme aucun règlement ou organisme ne contrôle la pratique de l’hypnose, la prudence est de rigueur. Elle ne doit être utilisée que par des professionnels de la santé. Le sujet doit être profondément motivé, sinon les suggestions mentales n’auront aucun effet. Le sujet doit absolument être volontaire et faire confiance à la personne qui l’hypnotise.

LaSultane_magazine_Lasultanemag_Sultanemag_LellaSoltana_hypnose