Skip to main content

2/ La sensation de contrôle

Selon les différentes situations auxquelles nous devons faire face, notre taux de stress fluctue selon le niveau de contrôle que nous avons sur ladite situation. Plus les choses nous échappent, plus nous ressentons la pression du stress.
Il est donc important de comprendre la situation et de nous assurer que nous la contrôlons.

Les mantras

Même si les choses ne sont pas aussi faciles qu’elles ne le paraissent, se répéter que « tout va bien, tout est sous contrôle », comme s’il s’agissait d’un mantra, Peuvent effectivement nous aider à reprendre les choses en main. Ces mantras, ont l’effet de messages subliminaux que nous nous auto- suggérons. Ils peuvent avoir des ré- percussions positives sur la manière avec laquelle nous entamons nos dé- marches et nous gérons les situations.

Le degré de contrôle de son stress

Steve Maier de l’Université de Boulder, au Colorado, affirme que le degré de contrôle exercé sur la chose stressante, détermine le fonctionnement de l’organisme face à la situation.
Les expériences qu’il a menées indiquent que seuls les facteurs de stress incontrôlables provoquent des effets nuisibles. Le stress inévitable et incontrôlable peut être destructeur. La même contrainte, si elle est vécue de manière plus contrôlée, sentie comme évitable, est de manière significative, moins destructrice. Les scientifiques considèrent que la perception de contrôle sur un facteur de stress modifie l’impact du stress.

Le bon état d’esprit pour faire face au stress

L’impact du stress peut donc être différent selon la manière avec laquelle nous le vivons. En tentant de relativiser la situation, de la comprendre, nous avons la possibilité de contrôler l’envergure des conséquences dues à la situation en question. En conséquence, cela permet de contrôler les éventuels effets du stress sur notre organisme et sur le bon déroulement des tâches en rapport avec la situation.

Les choix de vie

Il est important aussi d’être convaincu de la carrière professionnelle que nous choisissons. En effet, nous passons les 2/3 de notre vie à travailler. Si nous ne faisons pas quelque chose que nous aimons, que nous maitrisons, que nous contrôlons, alors nous augmentons l’impact du stress sur notre vie. Au prix d’un plus grand nombre d’heures de travail et moins d’argent, de plus en plus d’individus choisissent de devenir des entrepreneurs. Cela leur permet d’avoir la possibilité d’être leurs propres chefs, de prendre leurs propres décisions, en somme, d’être « in control ».

Pages : 1 2 3 4